The Man Who Wasn’t There

Présenté pour la première fois au Festival de Cannes, ce « film noir » a reçu un prix pour la mise en scène des frères Coen. Tourné en noir et blanc, il raconte la vie d'Ed Crane (Billy Bob Thornton), un barbier taciturne qui découvre que sa femme (Frances McDormand) le trompe avec son patron macho, Big Dave (James Gandolfini). Voyant sa vie tranquille et sans risques s'effondrer malgré lui, Ed tente le tout pour le tout et fait du chantage à Big Dave pour financer une nouvelle entreprise prometteuse, le nettoyage à sec. Son plan tourne mal, un meurtre s'ensuit et Ed essaie de réparer les dégâts et de trouver « une certaine paix, une voie de sortie ». Le scénario est brillant, le jeu des acteurs l'est tout autant et la photographie de Roger Deakins est incomparable. Empreint d'un existentialisme touchant, ce film surprend par des éléments idiosyncratiques inattendus. C'est l'histoire d'un homme simple, dans toute sa complexité, d'un mal de vivre que nous pouvons tous ressentir à un certain moment. Vers la fin, Ed lance une remarque à propos de « cette idée d'homme moderne », un regard caustique, humoristique sur sa propre vie et possiblement sur le film lui-même.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*